Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Année 2023
  => Janvier 2023
  => Février 2023
  => Mars 2023
  => Avril 2023
  => Mai 2023
  => Juin 2023
  => Juillet 2023
  => Aout 2023
  => Septembre 2023
  => Octobre 2023
  => Novembre 2023
  => Décembre 2023
  Année 2022
  Année 2021
  Année 2020
  Année 2019
  Année 2018
  Année 2017
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  AG de l'APACT 4 Septembre 2021
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Fête annuelle de l'APACT 2018
  Fête annuelle de l'APACT 2019
  Fête annuelle de l'APACT 2020
  Fête annuelle de l'APACT 2022
  Fête annuelle de l'APACT 2023
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
  Manifestations Décembre 2019
  Mainpat Novembre 2019
  Mainpat 2020
  Projet Ulule
  Alexandra David Neel (Campoy-Blanchot)
  Cinq Couleurs
  Nouvelles de Mainpat
  Différentes infos
  Voyage des parrains à Mainpat 2020
  Exposition 5 couleurs par Claude Guyot
  10 Mars 2021 Un drapeau pour le Tibet
  Exposition Bagnères de Bigorre Aout 2021
  Une semaine pour la Birmanie et le Tibet 2021
  Lettre de la Présidente APACT et appel aux dons 8 Septembre 2021
  Commémoration du soulèvement tibétain le 10 Mars 2022
  Losar 2022
  Indiens de Bodhgaya
  Visite du Sikyong Penpa Tsering (1er Ministre Tibétain) à Mainpat
  Un bilan très positif de nos actions à Mainpat en 2021
  Mainpat 2023 OPH (old people home)
  Commémoration du soulèvement tibétain le 10 Mars 2023 à Dharamsala
  Adivasis Mainpat 2023
  Ecole du camp 1 Mainpat 2023
  Danses sacrées du Cham Mainpat 2023
  Free Tibet encore et toujours
  Le monastère de Bodhgaya a organisé une distribution
  Commémoration du soulèvement tibétain le 10 Mars 2024
  Rénovation de la maison commune du camp7
  Rénovation de la cantine de l'école du Camp 1 de Mainpat
Juin 2023
Juin 2023

Mont Kailash : Les pèlerins de Kailash découragés par les nouvelles règles chinoises

LES PÈLERINS DE KAILASH DÉCOURAGÉS PAR LES NOUVELLES RÈGLES CHINOISES

Les voyagistes népalais affirment que les règles complexes sont conçues pour contrôler l’entrée des pèlerins étrangers, en particulier les Indiens.
Pékin a rouvert plusieurs points à la frontière entre le Népal et la Chine après trois ans, mais a également imposé de nombreuses restrictions rendant les déplacements difficiles.

L’exaltation parmi les pèlerins souhaitant participer à la visite sacrée de Kailash Manasarovar s’est transformée en désespoir car les règles strictes semblent essentiellement destinées à éloigner les visiteurs, disent les initiés.

« Quand nous avons vu la longue liste de règles, elle était remplie de tracas pour les Indiens et les Népalais », a déclaré Basu Adhikari, directeur général de Touch Kailash Travel and Treks.

Les voyagistes népalais affirment que les réglementations complexes sont conçues pour contrôler l’entrée des pèlerins étrangers, en particulier des Indiens, pour Kailash Manasarovar Yatra, l’un des voyages les plus sacrés pour les fidèles.

Trois voyagistes et voyagistes de premier plan – l’Association népalaise des agents de voyages et de voyages, l’Association des agences de trekking du Népal et l’Association des voyagistes Kailash du Népal – ont soumis un mémorandum à l’ambassadeur de Chine au Népal Chen Song l’exhortant à aider à simplifier le mouvement des pèlerins.

« Les charges fixées par la Chine pour les Indiens sont plus élevées que celles pour les touristes des pays tiers », indique le mémorandum, dont une copie a été obtenue par la Poste.

Kailash Manasarovar Yatra est l’un des forfaits touristiques les plus lucratifs pour les voyagistes népalais.

La saison annuelle des pèlerinages serait une période de boom pour l’industrie du tourisme, et le gouvernement verrait également une augmentation des recettes fiscales. Les voyageurs religieux remplissaient les hôtels et les restaurants et occupaient les agents de voyage, les compagnies aériennes, les guides et les porteurs.

« Le point frontière de Kerung a été ouvert récemment. La Chine ouvre également la frontière à Hilsa », a déclaré Adhikari. « C’est bienvenu. Mais les règles introduites par la Chine sont trop strictes.

La réouverture de la frontière nord a égayé l’industrie du tourisme à un moment où le pays se vautre dans une récession. Le Népal a misé sur le tourisme pour relancer l’économie moribonde.

Mais les pèlerins qui souhaitent visiter la grande économie à la croissance la plus rapide du monde doivent faire face à de nombreux tracas. Les pèlerins indiens doivent faire un voyage à New Delhi pour obtenir leur visa pour le Tibet.

« Les pèlerins doivent être physiquement présents pour obtenir le visa. Il n’y a pas de système de demande en ligne », a déclaré un agent de voyage anonyme.

Les voyagistes népalais affirment que les données biométriques sont désormais obligatoires pour obtenir un visa. Auparavant, les autorités chinoises collectaient les détails biométriques au bureau de l’immigration aux points frontaliers.

Conformément aux nouvelles règles, les pèlerins indiens doivent être dans un groupe d’au moins cinq personnes pour obtenir des visas, et au moins quatre d’entre eux doivent être physiquement présents.

Les voyagistes disent qu’ils ne peuvent pas comprendre la sagesse derrière ces nouvelles règles qui, selon eux, ne sont pas pratiques.

Pour les opérateurs népalais, qui espéraient que la politique d’assouplissement de leur voisin du nord aiderait leurs entreprises à se redresser, les tracas sont nombreux.

La Chine a augmenté la « charge pour les dommages causés par l’herbe » pour les travailleurs népalais entrant au Tibet à 300 dollars par personne contre 100 dollars.

Les travailleurs népalais se rendent au Tibet en tant que guides, porteurs ou personnel de cuisine pour aider les pèlerins.

« Conformément aux nouvelles règles, les détails biométriques sont également obligatoires pour les travailleurs népalais et ils doivent les obtenir auprès du centre des services de facilitation des visas (VSF) du Rising Mall », a déclaré Adhikari. « Auparavant, les détails biométriques étaient pris dans les bureaux d’immigration à la frontière. »

Un autre problème pour les entreprises népalaises organisant des visites à Kailash Manasarovar est qu’elles doivent déposer 60 000 $ ou 8 millions de roupies chacune pour envoyer des pèlerins au Tibet, conformément à la règle imposée par le Centre de change du Tibet.

Conformément aux lois népalaises, les agences de voyages népalaises ne sont pas autorisées à déposer des fonds dans des banques étrangères.

« Nous avons informé l’ambassade de Chine au Népal, l’ambassade du Népal à Pékin et le consulat général du Népal à Lhassa à ce sujet », a déclaré Adhikari.

Les autorités chinoises ont également augmenté les frais de visa pour les travailleurs népalais de Rs4 200 à Rs13 000 pour un séjour de 15 jours.

« Alors que le Népal a supprimé les frais de visa pour les Chinois entrant au Népal, la nouvelle politique de la Chine nous a tous surpris », a déclaré un autre agent de voyage qui envoie des pèlerins indiens au Tibet.

À partir du 1er janvier 2016, dans le but d’augmenter les arrivées en provenance du nord, le gouvernement népalais a décidé de supprimer les frais de visa pour les visiteurs chinois, une facilité dont seuls les visiteurs des pays d’Asie du Sud bénéficiaient jusque-là.

Les prix d’un forfait Kailash Manasarovar Yatra de 14 jours par route de surface commencent à 185 000 IRs par personne.

Les voyageurs voyageant de Nepalgunj à Simikot, puis à Hilsa, puis voyageant par voie terrestre jusqu’à Kailash Manasarovar paient 225 000 IR chacun.

Un voyage organisé impliquant un vol de Katmandou à Lhassa coûte 320 000 IRs pour les Indiens et 

4 000 $ pour les autres touristes.

La liaison Katmandou-Lhassa, seule porte d’entrée internationale vers Lhassa, n’a pas repris.

Les voyagistes népalais disent avoir été inondés de réservations de pèlerins indiens alors que la destination a été rouverte après trois ans.

« Mais nous sommes dans un dilemme total en raison des nouvelles règles qui décourageront les pèlerins indiens de faire le voyage sacré », a déclaré Adhikari.

Le nombre de pèlerins népalais a également commencé à augmenter. Selon Adhikari, près de 400 Népalais ont réservé le Kailash Manasarovar Yatra pour Janai Purnima, qui est observé au mois de Shrawan.

Les entrepreneurs du secteur du voyage affirment que les arrivées d’Indiens au Népal ont explosé, principalement à des fins religieuses. En avril, le Népal a accueilli 31 400 touristes indiens, contre 25 900 en mars.

Selon les voyagistes, plus de 20 000 pèlerins indiens se sont rendus sur la montagne sacrée et le lac en Chine via le Népal en 2018.

En 2019, le nombre a fortement augmenté pour atteindre près de 30 000. Puis Covid-19 est venu comme un spoiler, et la Chine a fermé la frontière en janvier 2020.

La saison des voyages sacrés commence en avril et dure jusqu’en octobre. La mi-juin à début septembre est la saison de la mousson au Tibet, mais c’est la haute saison et la période la plus chère pour s’y rendre.

Il existe cinq itinéraires vers le mont Kailash et le lac Manasarovar.

L’un est le col contesté de Lipulekh. L’Inde a ouvert la piste de la route de liaison pour Manasarovar Yatra de Dharchula à Lipulekh, connue sous le nom de route Kailash-Manasarovar Yatra.

Nathula au Sikkim, en Inde, en est une autre. Cependant, ces itinéraires sont les plus longs et les plus chers. Il faut près de trois semaines pour atteindre le lieu saint en empruntant ces routes, et le voyage est également difficile.

De plus, seuls quelques pèlerins voyagent sur ces routes car ils doivent obtenir un permis spécial du gouvernement indien.

Le Népal propose trois itinéraires vers Kailash Manasarovar via les points frontaliers de Tatopani et Rasuwagadhi. Après que le gouvernement chinois a fermé ces points frontaliers, Nepalgunj est devenu la principale porte d’entrée.

L’itinéraire Nepalgunj-Simikot-Hilsa-Manasarovar est le plus court, et l’itinéraire est abordable et facile. Les voyageurs volent généralement de Nepalgunj à Simikot en avion à voilure fixe, puis prennent un hélicoptère pour Hilsa, à la frontière avec le Tibet, en Chine.

Comme Nepalgunj est devenu une porte d’entrée majeure, plus d’une douzaine d’hôtels de luxe ont vu le jour ici pour répondre aux besoins des visiteurs indiens.

Après avoir traversé Karnali, les pèlerins sont emmenés en véhicule à moteur vers la Chine.

En raison de la haute altitude, les pèlerins s’acclimatent pendant un à deux jours à Purang, également connue sous le nom de Taklakot, la première ville du Tibet. Le lac Manasarovar se situe à une altitude de 4 556 mètres.


Juin 2023

TIBET / BARRAGE HYDROELECTRIQUE : les tibétains forcés de quitter leurs terres agricoles

LES TIBÉTAINS DE L’OUEST DE LA CHINE ONT REÇU L’ORDRE DE QUITTER LES TERRES POUR LA CONSTRUCTION D’UN BARRAGE HYDROÉLECTRIQUE

La première phase du projet débutera début juin.

Les autorités chinoises ont ordonné aux Tibétains vivant dans le comté de Rebgong, dans l’ouest de la Chine, de quitter leurs terres pour la construction d’un barrage hydroélectrique, les forçant à quitter les terres agricoles dont ils ont besoin pour gagner leur vie, ont déclaré deux Tibétains connaissant la situation.

Les autorités du village de Lingya, à environ une heure de route de Rebgong, ont émis l’ordre le 23 mai, obligeant sept villages de la région à se déplacer afin que le gouvernement chinois puisse commencer la première phase de construction 10 jours après la date d’émission de l’avis, a déclaré un Tibétain de Rebgong qui vit maintenant en exil. 

« La terre qui est confisquée par le gouvernement chinois est une terre agricole, qui est le gagne-pain des Tibétains », a déclaré la source qui a refusé d’être identifiée afin de parler librement de la situation. « Les autorités ont averti les Tibétains de ne montrer aucune sorte de condamnation. »

Rebgong, appelé Tongren en chinois, se trouve à Malho, ou Huangnan, préfecture autonome tibétaine, une région peuplée de Tibétains de la province chinoise du Qinghai.

FR_TIB_DamEvacuation_05302023.jpg

Les autorités chinoises contrôlent étroitement les résidents de la région autonome du Tibet agitée et des régions peuplées de Tibétains de l’ouest de la Chine, restreignant leurs activités politiques et l’expression pacifique de leur identité culturelle et religieuse.

Les projets d’infrastructure et de développement chinois dans ces régions ont conduit à de fréquents affrontements avec les Tibétains qui accusent les entreprises chinoises et les responsables locaux de s’emparer abusivement des terres et de perturber la vie des populations locales. Beaucoup se traduisent par une répression violente, la détention des organisateurs de la manifestation et une pression intense sur la population locale pour qu’elle se conforme aux souhaits du gouvernement.

Les autorités locales rempliront toutes les exigences de base en vérifiant les documents d’autorisation foncière, en effectuant des mesures et en s’assurant que les résidents ont quitté la zone dans les 10 jours suivant la date de l’avis, a-t-il déclaré.

Un autre Tibétain vivant en exil a déclaré que les autorités avaient commencé à confisquer des terres, mais qu’elles n’avaient pas discuté d’indemnisation pour les résidents forcés de déménager.

« Dans un avis envoyé par les autorités chinoises concernant l’accaparement des terres, il est mentionné que ceux qui se trouvent dans des zones qui doivent être évacuées pour la construction de barrages doivent être prêts à [partir] et qu’ils ne doivent pas commencer d’autres constructions dans cette zone », a déclaré le Tibétain, qui a refusé d’être identifié pour la même raison. « Si les gens ne le respectent pas, ils ne seront pas indemnisés. »

Traduit par Tenzin Dickyi. Edité par Roseanne Gerin et Malcolm Foster.


Juin 2023

Au Tibet colonisé depuis 1949, la Chine rend plus difficile l’obtention d’un visa touristique pour le Tibet pour les visiteurs étrangers au Népal

LA CHINE REND PLUS DIFFICILE L’OBTENTION D’UN VISA TOURISTIQUE POUR LE TIBET POUR LES VISITEURS ÉTRANGERS AU NÉPAL

Les nouvelles règles exigent des entretiens en personne et la prise d’empreintes digitales.

La Chine a mis en place des règles et des conditions de visa plus strictes pour les touristes étrangers qui souhaitent visiter le Tibet via le Népal voisin, selon deux agences de voyage opérant dans la capitale népalaise.

Le gouvernement chinois bloque régulièrement l’accès au Tibet aux journalistes étrangers, aux employés d’ONG, aux diplomates et aux citoyens étrangers d’origine tibétaine. Les touristes internationaux doivent obtenir un permis d’entrée au Tibet pour entrer au Tibet, bien que l’obtention d’un permis ne soit généralement pas un processus complexe. 

De nombreux visiteurs étrangers obtiennent des permis de voyage au Népal, un point de départ commun pour ceux qui envisagent de visiter le Tibet.

Ceux qui veulent entrer au Tibet depuis le Népal doivent former un groupe avant d’obtenir un visa de groupe chinois délivré par l’ambassade de Chine à Katmandou, la capitale du Népal. Lorsqu’ils ont le visa de groupe, ils peuvent alors obtenir le permis de voyage au Tibet délivré par le Bureau du tourisme du Tibet pour voyager selon l’itinéraire prédéfini.

Selon les nouvelles procédures, les touristes étrangers qui envisagent d’entrer au Tibet depuis le Népal doivent arriver au Népal une semaine avant de remplir une demande de visa, et les visas ne seront délivrés qu’aux groupes d’au moins quatre personnes, ont indiqué les agences de voyages. Un autre rapport sur les nouvelles procédures de la Tibetan Review, une publication mensuelle indépendante, a déclaré qu’un minimum de cinq personnes était nécessaire.

Les demandeurs de visa doivent se rendre en personne à l’ambassade de Chine au Népal à Katmandou pour des entretiens et fournir leurs empreintes digitales, ont-ils déclaré. Les visas de groupe chinois pour les touristes approuvés sont délivrés cinq jours après la vérification des antécédents.

Les étrangers qui ont déjà un visa pour se rendre dans différentes villes de Chine doivent désormais demander un visa spécial pour entrer au Tibet, ont-ils déclaré.

Les touristes individuels doivent fournir des informations personnelles plus détaillées, telles que les écoles qu’ils ont fréquentées, et préciser les lieux qu’ils ont l’intention de visiter au Tibet, selon Thamel Tours and Travels, une agence de voyages basée à Katmandou.

Une autre agence de voyage à Katmandou a déclaré à Radio Free Asia qu’un seul demandeur étranger ayant demandé un visa par l’intermédiaire de l’agence a été refusé dans le cadre des nouvelles procédures.

Auparavant, les touristes étrangers n’avaient pas à se présenter en personne à l’ambassade de Chine au Népal pour obtenir un visa pour entrer au Tibet, et les agences de voyages organisaient des visas de groupe qui étaient délivrés dans les deux jours suivant la demande. Les visas délivrés pouvaient couvrir aussi peu qu’un voyageur étranger se rendant au Tibet, car les candidats figurant sur la liste n’étaient pas vérifiés individuellement, a déclaré la Tibetan Review.

Les autorités chinoises ont rouvert la région autonome du Tibet aux visiteurs étrangers en avril, après que la région a été fermée pendant trois ans au milieu de la pandémie de COVID-19. Le 8 janvier, les autorités ont levé les restrictions aux frontières imposées lors de l’épidémie au début de 2020.

Le 31 mars, le ministère chinois de la Culture et du Tourisme a publié une annonce exhortant les voyagistes chinois à respecter les nouvelles règles et à superviser strictement les activités touristiques grâce à une supervision de groupe afin de stimuler l’industrie touristique du pays après la pandémie de COVID-19.

Traduit par Rigdhen Dolma pour RFA tibétain. Edité par Roseanne Gerin et Matt Reed.

APACT  
 




Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 60 ans en INDE et au NEPAL.












 
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Mainpat 2023" le film




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.





PHAYUL.COM

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 551215 visiteurs (1467837 hits)