Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Année 2023
  => Janvier 2023
  => Février 2023
  => Mars 2023
  => Avril 2023
  => Mai 2023
  => Juin 2023
  => Juillet 2023
  => Aout 2023
  => Septembre 2023
  => Octobre 2023
  => Novembre 2023
  => Décembre 2023
  Année 2022
  Année 2021
  Année 2020
  Année 2019
  Année 2018
  Année 2017
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  AG de l'APACT 4 Septembre 2021
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Fête annuelle de l'APACT 2018
  Fête annuelle de l'APACT 2019
  Fête annuelle de l'APACT 2020
  Fête annuelle de l'APACT 2022
  Fête annuelle de l'APACT 2023
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
  Manifestations Décembre 2019
  Mainpat Novembre 2019
  Mainpat 2020
  Projet Ulule
  Alexandra David Neel (Campoy-Blanchot)
  Cinq Couleurs
  Nouvelles de Mainpat
  Différentes infos
  Voyage des parrains à Mainpat 2020
  Exposition 5 couleurs par Claude Guyot
  10 Mars 2021 Un drapeau pour le Tibet
  Exposition Bagnères de Bigorre Aout 2021
  Une semaine pour la Birmanie et le Tibet 2021
  Lettre de la Présidente APACT et appel aux dons 8 Septembre 2021
  Commémoration du soulèvement tibétain le 10 Mars 2022
  Losar 2022
  Indiens de Bodhgaya
  Visite du Sikyong Penpa Tsering (1er Ministre Tibétain) à Mainpat
  Un bilan très positif de nos actions à Mainpat en 2021
  Mainpat 2023 OPH (old people home)
  Commémoration du soulèvement tibétain le 10 Mars 2023 à Dharamsala
  Adivasis Mainpat 2023
  Ecole du camp 1 Mainpat 2023
  Danses sacrées du Cham Mainpat 2023
  Free Tibet encore et toujours
  Le monastère de Bodhgaya a organisé une distribution
  Commémoration du soulèvement tibétain le 10 Mars 2024
  Rénovation de la maison commune du camp7
  Rénovation de la cantine de l'école du Camp 1 de Mainpat
  Remerciements à Evelyne et Colette
Avril 2023
Avril 2023
Four Member French Senate Delegation led by Senator Jacqueline Eustache-Brinio had an audience with His Holiness the 14th Dalai Lama at his residence in Dharamshala this morning on 24 April 2023.
A French Senate delegation comprising Senator Jacqueline Eustache-Brinio, Senator Else Joseph, Senator Olivier Rietmann, and Thierry Munier, Civil Servant in Senate are in Dharamshala for five-day visit.
The visiting delegation is accompanied by Jigme Dorji, Office of Tibet, France.

>>> Membres du groupe d'information internationale sur le TIBET <<<





Avril 2023

Dharamsala : Démystifier les récentes attaques contre le Dalaï Lama

DÉMYSTIFIER LES RÉCENTES ATTAQUES CONTRE LE DALAÏ LAMA

Explorer les nuances des perspectives juridiques de l’allégation

Au cours des dernières semaines, l’influence de la campagne de propagande mondiale audacieuse de la Chine a atteint son apogée, alors que nous avons été témoins d’agressions impitoyables et insensées contre Sa Sainteté le Dalaï Lama par les principaux médias grand public du monde, trompés par la propagande chinoise ; L’arme de tromperie massive de Pékin.

Aujourd’hui, suite à la diffusion de la séquence vidéo complète de l’événement public illustrant la véritable histoire derrière les allégations, de nombreuses personnalités ont présenté des excuses pour avoir blessé la personnalité du Dalaï Lama. Cependant, rares sont ceux qui restent obsédés par la propagande chinoise et refusent de reconnaître la vérité.

Au moment d’écrire ces lignes, les pires conséquences de ce chaos injustifié ont été le silence total des médias dans le rapport de l’histoire vraie concernant l’allégation contre le Dalaï Lama et leur pure indifférence à assumer la responsabilité de leur crime de diffamation de l’une des plus grandes âmes vivantes.

Fait intéressant, l’allégation actuelle d' »inconduite » contre la grande personnalité de Sa Sainteté le Dalaï Lama se distingue comme l’une des plus uniques en son genre. Plongeons-nous dans les nuances des perspectives juridiques de l’allégation :

Avant tout, réalisons le fait que la soi-disant «victime», le garçon et la mère de la «victime», ne reconnaissent pas l’acte comme quelque chose d’inapproprié pour enregistrer ou déposer des plaintes légales.

La soi-disant «victime», le garçon et la mère, affirment qu’ils se sentent totalement bénis et heureux après l’interaction et ont offert des cadeaux et exprimé des mots de gratitude au Dalaï Lama lors de l’événement. Même après «l’acte», l’enfant s’est de nouveau approché du Dalaï Lama pour demander ses bénédictions et a fait un «charan sparsh» – la tradition indienne de toucher respectueusement les pieds d’un ancien. Il a continué à interagir avec le Dalaï Lama dans une excitation et une joie totales sans montrer le moindre soupçon d’inconfort.

La soi-disant « inconduite » s’est produite juste devant la mère assise à bout de bras du Dalaï Lama, et la mère n’a pas trouvé l’acte répréhensible nécessitant une intervention.

Selon une source fiable, les parents du garçon auraient déclaré aux responsables du bureau du Dalaï Lama que leur foi et leur respect pour lui restent intacts alors même que les médias continuent de mettre en lumière les allégations contre le Dalaï Lama la semaine dernière.

Tous les témoins (près de 150 personnes dont la presse et les officiels) présents lors de l’événement se sont seulement amusés de l’interaction entre le Dalaï Lama et le garçon, chérissant les moments attachants avec des rires et des fous rires plutôt que de manifester de l’inconfort et de l’inquiétude.

La soi-disant « inconduite » s’est produite en plein jour, sous les projecteurs du public, et a été diffusée sur les pages Facebook officielles du bureau du Dalaï Lama et sur la chaîne du gouvernement tibétain en exil.

Pas une seule personne présente lors de l’événement ou ceux qui l’ont regardé en ligne n’ont soulevé ou déposé de plainte pendant près de 2 mois avant que l’assaut médiatique injustifié ne commence contre le Dalaï Lama. Certes, les témoins ne voudraient pas être pénalisés pour ne pas avoir signalé un « crime » qui se passe sous leur nez. L’article 21 de la loi POCSO rend le défaut de signaler une infraction à la loi POCSO passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à six mois.

La soi-disant «inconduite» manquait d’intention sexuelle en tant que condition préalable la plus vitale pour être considérée comme un crime sexuel dans les directives de la loi POCSO. Le 18 novembre 2021, la Cour suprême de l’Inde, tout en annulant un jugement controversé de la Haute Cour de Bombay dans une affaire de crime sexuel, a affirmé que « l’ingrédient le plus important de l’agression sexuelle est l’intention sexuelle », conformément à l’article 7 de la Loi POCSO.

Les interactions ayant eu lieu en plein jour dans un espace public, la soi-disant « faute » n’avait aucune « intention de cacher le crime » qui pourrait être considérée comme coupable en vertu de la loi.

Il n’y a pas de traumatisme « post-agression » vécu par la « victime ». Les victimes d’abus souffrent normalement d’un trouble de stress post-traumatique, d’anxiété et de dépression et nécessitent des interventions thérapeutiques. Il n’y a aucune connaissance d’une telle intervention pour le garçon. À en juger par sa déclaration à la presse après l’événement, le garçon semble assez intelligent et mature pour faire la différence entre l’affection et l’abus.

L’innocence et la pureté de l’acte pourraient être conclues du fait qu’il s’agissait d’une action spontanée initiée à la demande du garçon alors qu’il demandait un câlin au Dalaï Lama. Le Dalaï Lama a répondu avec ses habituels gestes innocents et ludiques d’amour de grand-père en accord avec les traditions tibétaines et asiatiques. En fait, l’interaction était tout à fait émotionnelle, réconfortante et divine si l’on avait regardé la séquence complète de la vidéo. Ce qui s’est vraiment passé, c’est que le Dalaï Lama donne un baiser affectueux et montre sa langue, dans un geste ludique. Rien d’autre n’avait transpiré que nos détracteurs souhaitent nous faire imaginer.

L’innocence de l’acte pourrait également être attestée par les nombreux précédents du Dalaï Lama affichant des gestes humains amicaux avec les visiteurs.

Il est également important de savoir que la loi POCSO prévoit des sanctions en cas d’utilisation abusive d’informations et de fausses plaintes. Il précise : « Afin d’éviter que des informations ne soient utilisées à mauvais escient, la loi prévoit également des sanctions en cas de fausses plaintes ou d’informations données avec une intention hostile ». Les détracteurs doivent donc être conscients des ramifications juridiques de ces allégations infondées, en plus de se préparer à faire face à une poursuite massive en diffamation et blasphème pour avoir blessé les sentiments religieux de millions de bouddhistes et d’amoureux de la paix dans le monde.

Reconnaissons le fait qu’après la conclusion de l’événement à la résidence du Dalaï Lama à Dharamshala, le Dr Payal Kanodia, mère du garçon, a exprimé sa joie et sa satisfaction face à l’interaction et a déclaré à un journaliste que : « Nous sommes totalement bénis de ont obtenu ces bénédictions de Sa Sainteté. Il est venu, s’est adressé à nous en personne, a enseigné la paix dont le monde a besoin et comment chacun a besoin de se sentir ensemble, comme des frères et sœurs. Et je ne peux absolument pas exprimer à quel point je me sens béni par lui. »

Même le « garçon victime », après la conclusion de l’événement, a déclaré à la presse par vidéo : « C’était incroyable de rencontrer Sa Sainteté. Et je pense que c’est vraiment une super expérience de rencontrer quelqu’un avec une telle énergie positive. C’est un sentiment vraiment agréable de le rencontrer et vous obtenez beaucoup de cette énergie positive. Ce n’est pas comme ça, mais une fois que vous obtenez l’énergie positive, je pense que vous êtes plus heureux et c’est une meilleure chose et vous souriez beaucoup plus. C’était une très bonne expérience de tous ».

Et pour ceux qui continuent avec véhémence à défendre le garçon, veuillez noter que la mère du garçon, le Dr Payal Kanodia est une professionnelle hautement accomplie et sensibilisée, reconnue pour ses rôles de leadership extraordinaires dans le domaine de l’autonomisation des femmes, des droits de l’enfant et de l’éducation des enfants. Enfants défavorisés, etc.

Elle est titulaire d’un MBBS de l’Université BVP de Pune, d’un grand doctorat en philosophie de Saint-Pétersbourg, en Russie, et d’un diplôme en entrepreneuriat de l’Université Harvard de Boston. Le Dr Kanodia est également récipiendaire de plusieurs prix et distinctions prestigieux, dont la liste « Times 40 under 40 » de 2021, « Mahatma Award » et « CSR Person of the Year Award » pour son leadership extraordinaire. Elle est un membre prestigieux de l’International Diplomatic Club et de la Royal Asiatic Society of Great Britain, UK.

De plus, elle travaille en étroite collaboration avec le gouvernement de l’Haryana, ISKCON, iCONGO et les Nations Unies dans le cadre de programmes d’aide sociale et son programme d’éducation «Saakshar» soutient plus de 8 enfants lakh, plus de 20 000 enseignants de plus de 5500 écoles publiques dans le district 22 de l’Haryana.

Pour le dire succinctement, le Dr Payal Kanodia est une pionnière et parfaitement capable de se battre pour la justice non seulement pour son enfant mais pour des millions d’autres, si besoin est.

Permettez-moi également de mentionner, avec la plus grande gravité, les résultats de mes conclusions d’enquête de la semaine dernière qui ont clairement établi l’origine du clip vidéo trompeur et adapté à une campagne de diffamation orchestrée par la Chine contre le Dalaï Lama.

Initialement, un faux compte Twitter a été créé au nom de « Yin Sun » en février 2023, quelques jours seulement après l’événement de Dharamshala. Cela a été suivi par un faux compte Youtube sur le nom de « Robert Reed », un faux compte Facebook appelé « Dissuader les influenceurs de la maltraitance des enfants » et une fausse pétition intitulée « Sauvez les enfants du Dalaï Lama – arrêtons la maltraitance des enfants » sur change.org, le tout la première semaine d’avril. Le clip vidéo édité de manière malveillante (le même qui est devenu «viral» dans le monde) téléchargé sur la fausse chaîne Youtube «Robert Reed» le 1er avril a été partagé par ces faux comptes et téléchargé sur le compte Twitter de Yin Sun le 8 avril, sa toute première publication dans le compte. En quelques minutes, le nombre de téléspectateurs de la vidéo a été manipulé à plusieurs millions et est devenu « viral ». A peine la cyber armée du PCC,

Le lendemain (9 avril), la vidéo a été fournie à NDTV, au Hindustan Times et à d’autres médias indiens. Lorsque la vidéo est devenue virale dans les médias grand public, des critiques massives du Dalaï Lama ont suivi. À tel point que Yin Sun n’a pas pu s’empêcher de révéler sur son compte Twitter que « J’ai ruiné sa réputation pour toujours » et « Je suis le premier à avoir dénoncé le dalaï-lama comme pédophile en anglais » les 9 et 13 avril respectivement. Ainsi, il s’est exposé comme le cerveau derrière tout le plan. Que tous ces comptes aient été créés à proximité de l’événement, et avant qu’il ne devienne viral en Inde, ne fait que souligner ses sinistres desseins.

En outre, la prise de conscience que le faux compte Twitter est affilié à Pékin est également justifiée par le fait que l’ensemble des ambassades chinoises du monde entier participent activement à la promotion des programmes et de la propagande du gouvernement chinois sur la plateforme en tant que porte-parole officiel. On a également appris qu’avant que le clip vidéo n’apparaisse en Inde, il a été largement diffusé en Chine et au Tibet pendant près d’un mois avec l’objectif vicieux de ternir l’image du Dalaï Lama auprès des Tibétains et des Chinois.

Par conséquent, une analyse approfondie de l’ensemble de l’imbroglio révèle également une vérité flagrante selon laquelle une plus belle démonstration d’amour et de chaleur humaine a été déformée avec des intentions vicieuses pour nuire à la réputation de l’une des icônes les plus aimées et les plus respectées au monde – Sa Sainteté le Dalaï Lama. et de blesser les sentiments religieux du monde bouddhiste.

Alors que le chaos actuel des médias sociaux s’installe finalement, nous devons déterminer peu de choses. 1) Les géants des médias comme NDTV et Hindustan Times ont-ils vraiment été dupés par le clip vidéo trompeur et tronqué ? Ou est-ce un cas grave de pratique de journalisme contraire à l’éthique ?

Incidemment, de nombreux Indiens patriotes ont été alarmés par le nombre croissant de grands médias indiens publiant effrontément des articles de propagande chinoise pour promouvoir l’agenda chinois en Inde sous la forme de publireportages.

2) Ces médias présenteront-ils des excuses sincères au Dalaï Lama ou continueront-ils à nier justice au Dalaï Lama et au peuple tibétain, comme cela a été le cas occasionnellement ? Plus sérieuse est la question; Pouvons-nous encore nous permettre de perdre le Dalaï Lama ? Pour les Tibétains, un monde sans le Dalaï Lama est une perspective inimaginable !

M. Lobsang Yeshi est un ancien membre du Parlement du gouvernement tibétain en exil, un ancien vice-président du Congrès de la jeunesse tibétaine et un chercheur indépendant. Il peut être contacté sur-lobsangyeshi2020@gmail.com


Avril 2023

QINGHAI : la police chinoise harcèle des enseignants. Nouvelle violation de la Constitution chinoise

Des étudiants tibétains de l’école Sengdruk Taktse dans le comté de Darlag dans la province chinoise de Qinghai, sont vus sur une photo non datée.

LA POLICE HARCÈLE LES ENSEIGNANTS D’UNE ANCIENNE ÉCOLE DE LANGUE TIBÉTAINE DANS LA PROVINCE CHINOISE DU QINGHAI

La police surveille leurs mouvements, bien que l’école ait été fermée en juillet 2021.
Par Sangyal Kunchok pour RFA Tibétain

Les autorités chinoises ont harcelé le cofondateur et les enseignants qui travaillaient dans une école privée avec un programme en langue tibétaine dans la province chinoise du Qinghai qui avait été fermée en juillet 2021, ont indiqué des sources tibétaines.

Les autorités ont fermé l’école Sengdruk Taktse , dans le Dharlag peuplé de Tibétains, ou Dali en chinois, dans le comté de Golog , ou Guoluo, dans la préfecture autonome tibétaine du Qinghai,  dans le cadre d’une répression plus large contre les écoles promouvant la culture tibétaine et offrant un enseignement en langue tibétaine.

À l’époque, les élèves devaient s’inscrire dans des écoles affiliées au gouvernement chinois de la région qui proposent un programme chinois, a rapporté Radio Free Asia .

Pendant ce temps, les autorités surveillent et harcèlent le cofondateur de l’école, Khenpo Jigmey Kunga Gyaltsen, et les enseignants qui y enseignaient, ont déclaré les deux sources qui ont refusé d’être identifiées pour des raisons de sécurité.

« Depuis que le gouvernement chinois a fermé l’école Sengdruk Taktse en 2021, le site est resté inutilisé », a déclaré un Tibétain de l’intérieur du Tibet. «Tous les enseignants et le personnel affilié de l’école sont constamment convoqués au poste de police pour interrogatoire et surveillés de près. Ils sont également surveillés pour savoir qui ils rencontrent.

Un Tibétain vivant en exil qui a connaissance de la situation a déclaré que la plupart des anciens élèves de l’école sont inscrits dans des écoles gérées par le gouvernement chinois.

« Au départ, lorsque le gouvernement a fermé de force l’école Sengdruk Taktse, ils ont dit qu’ils allaient toujours utiliser les locaux de l’école à des fins éducatives sous la supervision du gouvernement chinois, mais cela fait presque deux ans et l’école reste inactive ». a déclaré la source.

Le gouvernement chinois a fermé de nombreuses écoles privées au Tibet entre 2020 et 2021 et a interdit aux étudiants de payer pour des cours extérieurs en langue tibétaine et en études bouddhistes.

Environ trois semaines après la fermeture de l’école par les autorités, ils ont arrêté Rinchen Kyi, qui avait enseigné aux élèves de deuxième et de troisième année, et l’ont emmenée à l’hôpital, invoquant une maladie mentale présumée. Elle a ensuite été accusée d’incitation au séparatisme et arrêtée à son domicile, mais finalement libérée en août 2022, a rapporté RFA plus tôt.

Les autorités chinoises utilisent fréquemment l’accusation de séparatisme contre les Tibétains qui promeuvent la préservation de la langue et de la culture du Tibet face à la domination de la population chinoise majoritairement Han.

La fermeture forcée des écoles tibétaines privées s’ajoute aux inquiétudes de plusieurs décennies concernant le rétrécissement de l’espace dont disposent les Tibétains pour exercer leur liberté d’apprendre leur propre langue et de pratiquer leur religion.

Les droits linguistiques sont devenus un objectif particulier des efforts tibétains pour affirmer l’identité nationale ces dernières années, avec des cours de langue organisés de manière informelle dans les monastères et les villes considérés comme des « associations illégales » et des enseignants soumis à la détention et à l’arrestation, selon des sources.

Traduit par Tenzin Dickyi pour RFA tibétain. Edité par Roseanne Gerin et Malcolm Foster.


Avril 2023

La politique coloniale de Pékin au Tibet : nouvelle violation de la Constitution chinoise

Un mur est couvert de portraits de jeunes Tibétains qui se sont immolés pour protester contre la domination chinoise au Tibet, au Musée du Tibet à McLeod Ganj, dans l’État indien de l’Himachal Pradesh, le 26 décembre 2018.

LES AUTORITÉS CHINOISES AU TIBET S’EN PRENNENT AUX PROCHES DES MANIFESTANTS QUI SE SONT IMMOLÉS.

Les Tibétains liés aux manifestants se voient refuser les examens universitaires et les opportunités d’emploi
Par Sangyal Kunchok pour RFA Tibétain
 

Les autorités chinoises harcèlent et discriminent les proches des Tibétains qui ont protesté contre la domination chinoise en incendiant leurs corps depuis 2008, ont déclaré deux sources au Tibet à Radio Free Asia.

Par exemple, des étudiants liés à ces manifestants se sont vu refuser l’autorisation de passer des examens d’entrée à l’université, tandis que d’autres se sont vu refuser des opportunités d’emploi, disent-ils.

« Il y a un étudiant ici qui est lié à quelqu’un qui s’est immolé en 2013 », a déclaré une source de Labrang (en chinois Labuleng) au service tibétain de Radio Free Asia.

« C’est pour cette raison que l’étudiant s’est vu refuser une lettre d’autorisation du gouvernement pour se présenter à un examen d’admission à l’université, et donc cet étudiant n’a jamais pu aller à l’université. J’en ai moi-même été témoin », a-t-il dit.

« Les Tibétains qui ont pris part aux troubles de 2008 ainsi que ceux qui sont liés aux personnes qui ont participé à ces manifestations sont victimes de discrimination dans leurs opportunités d’emploi, leurs écoles et d’autres manières », a-t-il déclaré.
 

ENG_TIB_SelfImmolation_04042023 .2.JPG

Un avis sur les auto-immolations, qui offre également une récompense de 100 000 yuans (16 319 dollars) pour des informations sur ceux qui « organisent, soutiennent, encouragent et contraignent les autres à s’auto-immoler », est affiché sur un poteau dans la région autonome du Tibet en Chine à 2013. Crédit : Reuters

Pékin a recueilli des informations détaillées sur les personnes qui ont participé à des activités politiques pro-Tibet, en particulier l’anniversaire de 2008 du soulèvement tibétain de 1959, lorsque pas moins de 400 Tibétains ont été tués alors que les autorités chinoises réprimaient les principales manifestations.

Depuis 2009, plus de 150 Tibétains se sont immolés pour protester contre la répression du gouvernement communiste chinois. La plupart des auto-immolations ont eu lieu dans les régions de Ngaba (Aba) et Labrang.

Le gouvernement chinois conserve les données sur les manifestants et les membres de leur famille dans une base de données en ligne facilement accessible.

Un autre Tibétain, de Ngaba, a déclaré que le gouvernement chinois harcelait régulièrement les proches des manifestants.

« En 2022, le gouvernement chinois a continué de harceler et de scruter un Tibétain qui est le neveu de quelqu’un qui s’est immolé de Ngaba », a déclaré la source de Ngaba. « Il a été accusé d’avoir contacté des personnes en dehors du Tibet et condamné à trois ans de prison. Suite à cela, les membres de sa famille se sont vu refuser toute l’aide gouvernementale dont ils bénéficiaient ».

Le gouvernement est encore plus dur envers les anciens prisonniers politiques, a déclaré la source de Labrang.

« Ils sont constamment sous surveillance ; leur vie ne revient jamais à la normale et on leur refuse également un logement lorsqu’ils voyagent dans différents endroits », a déclaré la source.

« Les Tibétains qui ont été reconnus coupables d’infractions que le gouvernement chinois considère comme illégales sont souvent victimes de discrimination et se voient refuser l’accès à des soins médicaux appropriés. Ils se voient également refuser une aide financière du gouvernement ».

Traduit par Tenzin Dickyi. Edité par Eugene Whong et Malcolm Foster.

APACT  
 




Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 60 ans en INDE et au NEPAL.












 
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"


"Mainpat 2023" le film




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.





PHAYUL.COM

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 559613 visiteurs (1494950 hits)