Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  => Janvier 2021
  => Février 2021
  => Mars 2021
  => Avril 2021
  => Mai 2021
  => Juin 2021
  => Juillet 2021
  => Aout 2021
  => Septembre 2021
  => Octobre 2021
  Année 2020
  Année 2019
  Année 2018
  Année 2017
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Fête annuelle de l'APACT 2018
  Fête annuelle de l'APACT 2019
  Fête annuelle de l'APACT 2020
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
  Manifestations Décembre 2019
  Mainpat Novembre 2019
  Mainpat 2020
  Projet Ulule
  Alexandra David Neel (Campoy-Blanchot)
  Cinq Couleurs
  Nouvelles de Mainpat
  Différentes infos
  Voyage des parrains à Mainpat 2020
  Exposition 5 couleurs par Claude Guyot
  10 Mars 2021 Un drapeau pour le Tibet
  Exposition Bagnères de Bigorre Aout 2021
Infos

Qu'est ce qu'être parrain ou marraine ?



Rubrique Parrainage



Du 9 au 15 Décembre 2021, une exposition sur la Birmanie et le Tibet, au château d’Idron, près de Pau 64000



A travers des photographies du photographe Claude Guyot, des objets, bijoux et des livres, la face lumineuse de ces pays et de leurs peuples, témoignage de la culture des tibétains et des birmans.
Le contexte dans lequel ils vivent actuellement est dramatique, les privant de leurs libertés fondamentales.
Les ventes réalisées au cours de l’exposition leur seront destinées. Par l’intermédiaire de l'Apact et de la CBF, elles couvriront des besoins alimentaires et de santé.
Un mandala de sables colorés sera réalisé au cours du week-end par un moine tibétain Guen Tenzin Penpa, moine de Gyuto, ex président de la Communauté Tibétaine de France.
Il commencera le samedi à 10h et sa destruction aura lieu le dimanche 12 vers 16h.
Un film et un diaporama commentés sur la situation actuelle en Birmanie et au Tibet seront présentés samedi 11 à 19h30 à la Grange du Château.
A l’approche de Noël vous trouverez de belles idées de cadeaux, qui contribueront à soulager la détresse des tibétains et des birmans.
Entrée libre. Venez nombreux !
Respect des normes sanitaires en vigueur

Un cinéaste et dissident en croisade pour son peuple, les Tibétains

 

Novembre 2021

Triste nouvelle de Mainpat



https://www.ytdr.org/

Nous avons l'immense tristesse de vous annoncer le décès de Tsori Rinpoche
qui a tant agi pour le bien être des habitants de Mainpat. Il vient de
décéder à l'hôpital de Mysore. Il avait 45 ans.









Urgence parrainages Novembre  2021


Depuis fin 2020 les frais de scolarité des élèves de TCV sont passés de 45 à 48€/mois et
de 55 à 58€/mois pour TCV Selakui qui accueille les meilleurs élèves tibétains



Liste des parrainages très urgents (mise à jour le 07/09/2021)

- Bébé en vert

- Elèves de la maternelle STS Mainpat à la terminale en rouge

- Elèves des écoles TCV en orange  
   
- Enfants adivasis indiens  en violet 
                   
- Etudiants en bleu

- Personne âgée et nonne ou lama en noir

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir








Pour toute demande de renseignements ou pour indiquer votre choix cliquez sur une des 2 adresses mails suivantes :

Contact : info@apactpau.fr ou apactpau@free.fr

Téléphone : (+33)05 59 32 70 79  ou 06 81 13 97 90

Adresse : APACT
2 Rue Louis Barthou
64140 BILLERE

 


Lettre de la Présidente APACT et appel aux dons 8 Septembre 2021

>> Compte rendu de l'assemblée générale du 04/09/21 <<



Bonjour
Notre fête annuelle devait se dérouler à la MJC du Lau les 9 et 10
octobre 2021.

Cependant nous avons tenu notre Assemblée Générale le samedi 4 septembre
et lors de cette assemblée nous avons décidé de reporter cette fête.

Nous avons donc, à l'unanimité, décidé d'annuler la fête car il aurait
été  bien trop difficile de demander le pass sanitaire à chacun des
participants et de contrôler ce pass. Nous avons de nombreux membres
actifs qui ne possèdent pas ce pass et qui ne pouvaient donc venir
aider. Il était donc bien difficile d’être en mesure de surveiller
toutes les entrées possibles de la MJC.

De plus notre fête est un moment de convivialité, de rencontres et de
partages et nous ne pouvions garantir cet aspect de notre manifestation.

C’est donc le cœur bien gros que nous avons décidé d’annuler la
manifestation 2021 et de la reporter.

Cependant nous ferons une semaine pour la Birmanie et le Tibet dans un
autre lieu, le château d'Idron, en décembre 2021 du 9 au 16 décembre.
Programme à venir
Encore désolée pour ce contre temps.

A nouveau nous devrons faire appel à votre générosité et nous comptons
sur vous pour récolter à nouveau des dons pour nos projets annuels.

MERCI. Ce sera une inestimable aide.
Tashidelek
Denise Dolma


Retrouvez l'Apact sur Facebook

Cliquez sur l'image


Photo Mainpat

 

Actualités

14 Novembre 2021

CHENGDU : 4 ans de prison pour l’écrivain tibétain LOBSANG LHUNDUP

Un célèbre écrivain tibétain emprisonné pendant quatre ans après un procès secret

L’écrivain tibétain Lobsang Lhundup, connu sous son pseudonyme Dhi Lhaden, a été condamné à quatre ans de prison pour « trouble à l’ordre social ». De telles accusations sont couramment utilisées par le Parti communiste chinois pour faire taire la dissidence, semer la peur et préserver une culture de censure parmi les universitaires tibétains.

Arrêté en juin 2019 dans la ville de Chengdu, la condamnation est intervenue après deux ans de détention au secret. Des sources de Tibet Watch rapportent que le procès de l’écrivain s’est tenu en secret, sans la présence de ses amis ou des membres de sa famille. Les proches de Lhundup soupçonnent que son arrestation était liée à son implication dans l’enseignement de l’histoire tibétaine dans un centre d’éducation culturelle privé à Chengdu. Charger plus


14 Novembre 2021

DHARAMSHALA : Nomination de 3 Kalons par le 17e Parlement tibétain en exil

Sikyong Penpa Tsering with the three new Kalons of the 16th Kashag: (L-R) Kalon Norzin Dolma, Kalon Dolma Gyari, and Kalon Tharlam Dolma, 10 November 2021. Photo/Tenzin Phende/CTA

Dharamshala : Trois Kalons du 16e Kashag nommés par Sikyong Penpa Tsering et approuvés par le 17e Parlement tibétain en exil ont officiellement prêté serment lors d’une cérémonie qui s’est tenue ce matin à l’auditorium Sikyong à Gangchen Kyishong.

La cérémonie de prestation de serment s’est déroulée en présence de Sikyong Penpa Tsering, des membres du 17e Parlement tibétain, des commissaires à la justice, des chefs des organes d’autonomie et des secrétaires des différents départements de l’Administration centrale tibétaine.

Sonam Norbu Dagpo, le commissaire en chef de la justice de la Commission tibétaine de justice suprême, a prêté serment aux nouveaux Kalons. Les trois Kalons assermentés sont Kalon Dolma Gyari, Kalon Tharlam Dolma et Kalon Norzin Dolma.

Brève biographie de Kalon Dolma

Kasur Gyari Dolma a terminé ses études au CST Darjeeling en 1981. Elle a obtenu son BA de l’Université Panjab à Chandigarh en 1985. Elle a poursuivi un B.A LLB de la prestigieuse faculté de droit de l’Université de Delhi de 1985 à 1988.

À l’école, elle a reçu le prix de la meilleure fille décerné par le ministère de l’Éducation. Elle a également fondé une organisation étudiante pour le service social et en a été la présidente fondatrice. Ce fut la première organisation dirigée par des étudiants tibétains dédiée au bien-être et à la coopération des étudiants. À l’université, elle a été présidente de l’Association des étudiants étrangers du Government College for Girls de l’Université du Panjab. Elle était également membre du conseil d’administration du Congrès régional de la jeunesse tibétaine à l’époque. Pendant ses études à Delhi, elle a établi des contacts avec les ligues de jeunes de divers partis politiques indiens et a commencé la célébration de la Journée du Tibet dans les collèges indiens.

De 1986 à 1991, elle a été membre du comité exécutif central du Tibetan Youth Congress (TYC). Elle a également été conseillère auprès de l’Association régionale des femmes tibétaines (RTWA) de Delhi et de l’Association des femmes tibétaines centrales à Dharamshala, ainsi que de nombreuses autres responsabilités non gouvernementales.

En 1991, suite à la démocratisation du Parlement tibétain par Sa Sainteté le Dalaï Lama, elle a été élue au 11e Parlement tibétain en exil (alors connu sous le nom d’Association des députés du peuple tibétain). À 26 ans, elle était la plus jeune élue au Parlement tibétain. Depuis lors, elle a été élue aux 12e, 13e et 14e Parlement tibétain en exil en tant que représentante de la province de Dotoe. Elle est également la première femme vice-présidente du Parlement tibétain en exil et a occupé ce rôle pendant deux mandats consécutifs aux 13e et 14e Parlements tibétains en exil.

De 2011 à 2016, elle a été Kalon pour le ministère de l’Intérieur du 14e Kashag. Elle a également été l’une des candidates aux élections de Kalon Tripa en 2011 et aux élections de Sikyong en 2021.


Br
ève biographie de Kalon Tharlam Dolma :

L’ancienne parlementaire Changra Tharlam Dolma a terminé ses études à l’école Gangtok, Bylakuppe et Nirmala Convent à Mysore. Elle a obtenu son baccalauréat ès arts du Teresian College et sa maîtrise ès arts (économie) de l’Université de Mysore en 1975. Elle a obtenu son baccalauréat en éducation de St. Joseph’s à Mysore.

Expérience professionnelle:

Tharlam Dolma a servi pendant plus de 37 ans dans des écoles tibétaines, dont 14 ans en tant qu’enseignant dans les écoles primaires et secondaires supérieures. De 1991 à 1994, elle a été directrice du CST Dalhousie, et de 1994 à 2003, et de nouveau de 2005 à 2009, elle a été directrice du CST Bylakuppe. De 2009 à 2010, elle a été directrice de l’école CVP à Dekyi Larso, Bylakuppe. De 2003 à 2005, et à nouveau de 2010 à 2013, elle a été directrice du CST Mundgod. Elle a pris sa retraite du service actif en 2013.

Tharlam Dolma a également été membre du comité central de l’Association régionale des femmes tibétaines de Bylakuppe et membre du conseil d’administration de la Dalhousie Public School et de la Dalhousie Hill Top School. En 2013, elle a reçu le prestigieux prix national des enseignants des mains du président Abdul Kalam.

Depuis 2011, elle est membre du conseil et du comité consultatif de l’éducation du ministère de l’Éducation et est également membre du conseil d’administration de l’institut du Dalaï Lama basé à Bengaluru.


Brève biographie de Kalon Norzin Dolma

Née à Kollegal le 28 novembre 1975 et actuellement basée à New York, Norzin Dolma a commencé ses études au CST Kollegal et au CST Shimla. Elle est titulaire d’un BA en anglais, histoire et sociologie du Teresian College et d’une maîtrise en littérature anglaise de l’Université de Mysore, en Inde. Dans le cadre du programme de bourses tibétaines, elle a obtenu une maîtrise en droit et diplomatie (MALD), axée sur l’organisation internationale, la négociation internationale et la résolution des conflits de la Fletcher School, Tufts University, États-Unis, avec une inscription croisée du GSAS et du KSG de l’Université Harvard. Plus tard, elle a également obtenu un baccalauréat en bibliothéconomie et sciences de l’information de l’Université de Mysore.

Elle a régulièrement reçu des prix et des récompenses pour l’excellence académique, notamment le All-Mysore Iyengar Memorial Award, le Mother Euphrasia Award et le Tauro Memorial Award.

Norzin a précédemment travaillé comme agent de recherche, agent principal de programme, directeur exécutif par intérim et conseil d’administration au Centre tibétain pour les droits de l’homme et la démocratie (TCHRD). Après ses études aux États-Unis, elle est retournée en Inde et a dirigé le bureau des Nations Unies, de l’UE et des droits de l’homme au Département de l’information et des relations internationales (DIIR) du CTA. Elle a ensuite travaillé comme agente de développement au Tibet Fund (TTF), à New York.

Elle a défendu les problèmes du Tibet lors de conférences internationales, y compris les 59e et 61e sessions de la Commission des Nations Unies sur les droits de l’homme, Genève ; Forum social mondial, Bombay ; Relations ONU-société civile, Bangkok ; et les conférences du Sommet mondial sur le développement durable, Bali et Johannesburg. Norzin a écrit et édité des livres et des rapports, dont 2008 Uprising in Tibet: Chronology and Analysis (DIIR 2009), Unjust Sentencing of Tulku Tenzin Delek (TCHRD 2004), Destruction of Serthar Institute (TCHRD 2002), 35 Years: Special Report (TTF 2015) et Tremblement de terre au Népal : efforts de reconstruction dans la communauté tibétaine (TTF 2016).

The newly appointed Kalons taking the oath and signing the official documents.
Photo/Tenzin Phende/CTA

The three Kalons with the heads of the three pillars of Tibetan democracy:
Chief Justice Commissioner Sonam Norbu Dagpo, and justice commissioners Karma Dadul
and Tenzin Lungtok of Tibetan Supreme Justice Commission, Speaker Khenpo Sonam Tenphel
and Deputy Speaker Dolma Tsering of the Tibetan Parliament-in-Exile,
and Sikyong Penpa Tsering of the 16th Kashag. Photo/Tenzin Phende/CTA



14 Novembre 2021
 

DHARAMSHALA / PARLEMENT TIBÉTAIN : « …Le TIBET N’A JAMAIS FAIT PARTIE DE LA CHINE… »

« Le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine jusqu’à ce que la Chine envahisse le Tibet en 1959  » : vice-président

Dharamshala, Inde – « Le Tibet a écrit une histoire de 2 000 ans, le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine avant que la Chine n’envahisse le Tibet en 1959 », a déclaré Dolma Tsering, vice-présidente du Parlement tibétain en exil le 8 novembre 2021, faisant référence aux questions indo-tibétaines et chinoises.

Le 8 novembre 2021, un séminaire intitulé « L’Indo-Tibet et la Chine » a été organisé par les organisations non gouvernementales à Dharamshala, en présence du général de division GD Bakshi, Dolma Tsering, vice-président du parlement tibétain en exil, Sunil Manocha, tous Inde Secrétaire général de Bharat Tibbat Sahyog Manch, capitaine Sanjay Prashar ji (organisateur du programme), représentants de diverses organisations à Dharamshala, Indiens et Tibétains à Dharamshala, HP, Inde.

« Le Tibet a 2000 ans d’histoire écrite et le Tibet n’a jamais fait partie de la Chine, avant que la Chine n’envahisse le Tibet en 1959. Chacun de nous doit le savoir et chaque fois que nous parlons du Tibet, nous devons mentionner que le Tibet était un pays libre et qu’il n’a jamais fait partie de la Chine. Étant donné que le Tibet n’était pas représenté dans l’organisation des Nations Unies, lorsque la Chine a occupé, envahi et détruit le Tibet, le monde entier a regardé », a déclaré Dolma Tsering, vice-présidente du Parlement tibétain en exil.

« Depuis 2009, 155 Tibétains se sont immolés par le feu, ils ne se sont pas immolés parce qu’ils n’avaient pas de nourriture à manger, ils se sont immolés parce qu’il n’y avait pas de liberté d’expression, pas de liberté de religion, pas de liberté de montrer décence aux atrocités chinoises. Lorsque ces Tibétains se sont immolés par le feu, ils ne pleuraient pas de douleur, dans leur désespoir, leurs esprits n’étaient pas remplis de haine pour les Chinois, leurs esprits étaient calmes, ils appelaient au retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama au Tibet, ils demandaient plus de liberté pour les Tibétains. C’est le plus grand sacrifice qu’un être humain puisse faire avec compassion », a ajouté le vice-président.

« Il existe différents points de vue sur l’auto-immolation, mais nous, les Tibétains, pensons que ces sacrifices sont le plus grand sacrifice qui puisse être fait avec compassion car ils n’ont jamais fait de mal à la plus petite fourmi et ils sont sûrs qu’avec leur incendie, aucune infrastructure ne devrait être détruite. et ils brûlent leur place. Donc, je crois que c’est le plus grand sacrifice qu’un être humain puisse faire, mais au lieu de s’attaquer aux diverses causes de désespoir, la Chine rejette la faute sur Sa Sainteté le Dalaï Lama, et quel échec est le leadership chinois, ils ont toujours le solution de facilité », a-t-elle poursuivi.

« Au lieu de s’attaquer aux causes profondes de la liberté d’expression, de la liberté de réunion et de la liberté de religion, la Chine a renforcé ses diverses politiques stupides. Ils ont lancé une campagne pour ne pas tenir compte de Sa Sainteté le Dalaï Lama, et c’est un crime pour quiconque garde une photo de Sa Sainteté le Dalaï Lama d’aller en prison. Je ne pense pas que le monde ait atteint le point où c’est un crime de garder une image de votre gourou racine. La Chine fait tout cela parce que le monde ferme les yeux sur tous ses actes criminels, crimes et violations des droits de l’homme. La Chine est signataire de tous les droits de l’homme internationaux et universels, mais elle fait tout le travail criminel de l’humanité. Par conséquent, il s’agit d’un moment critique pour que la communauté internationale s’assure que la Chine soit tenue responsable de ses méfaits au Tibet.

Pour cette raison, « Non seulement cela, leurs atrocités ne sont pas encore terminées, surveillance de masse, nous savons tous qu’à Lhassa, il y a plus de vidéosurveillance que de fenêtres, les gens sont surveillés partout, même chez eux. Cette surveillance les rend désespérés car chaque mouvement des Tibétains est observé par le PCC, lorsque deux personnes se rencontrent et discutent pendant plus de deux minutes, elles sont interrogées, est-ce l’état de droit ? L’état de droit en Chine est visible par le monde, mais tout cet état de droit est couvert directives locales qui peuvent interdire et punir les personnes associées aux immolés, si vous êtes un ami ou un membre de la famille d’un immolé, vous êtes puni et la communauté est privée de toute aide du centre, ce qui à son tour viole la loi des Nations Unies contre la torture », a déclaré le vice-président.

« Le Tibet est devenu une prison et le monde ne voit pas les atrocités qui se produisent au Tibet parce que le Tibet est coupé du monde et personne n’est autorisé à entrer au Tibet. La seule chose que la Chine ose faire, c’est publier des livres blancs chaque année, et que nous disent ces livres blancs, ces livres blancs nous disent que tout ne va pas bien. La Chine a peur d’envoyer des journalistes internationaux et des observateurs internationaux au Tibet parce que la situation au Tibet est si terrible. La Chine veut le Tibet, mais elle ne veut pas des Tibétains. La raison pour laquelle la Chine veut le Tibet est que le Tibet est le château d’eau du monde. La Chine a construit le plus de barrages, la Chine veut contrôler l’eau pour gagner en puissance, et la Chine militarise maintenant l’eau », a déclaré Dolma.

« Chaque fois que quelque chose de mal arrive contre leurs lois et leurs politiques, ils (la Chine) le blâment sur Sa Sainteté le Dalaï Lama, mais en même temps, ils veulent capturer l’institution du Dalaï Lama, à quel point est-ce hypocrite ? Même après 60 ans années d’atrocités et de torture, ils (la Chine) ne peuvent pas gagner la confiance du peuple chinois, ils ont peut-être torturé physiquement le peuple tibétain, mais ils ne peuvent pas enlever la foi et la croyance en Sa Sainteté le Dalaï Lama. Par conséquent, Sa Sainteté reste un joyau irremplaçable dans le cœur du peuple tibétain », a-t-elle conclu son discours.

Le capitaine Sanjay Prashar (organisateur du projet) a exprimé sa solidarité avec le Tibet et a promis de continuer à soutenir la cause tibétaine à l’avenir.

Invité principal, le général de division GD Bakshi a partagé ses expériences avec les Tibétains et a exprimé sa solidarité avec eux. Il a également expliqué comment l’Inde a combattu la Chine en 1962 et comment l’armée indienne était différente des années 1960. L’Inde a bien entraîné son armée et a mené de nombreuses guerres dans les années 1960 et 1970. Le général de division GD Bakshi a déclaré : « Nous ne recherchons pas la guerre, mais nous n’aimons pas être poussés, et à certains égards ou à certains endroits, nous devons redonner.

Il a également raconté l’histoire de la façon dont les Tibétains se sont battus courageusement contre l’armée chinoise et ont défendu le Tibet lorsque l’armée chinoise a occupé le Tibet dans les années 1950.

Le général Bakshi est un vétéran du combat. Il est l’auteur de 40 livres, l’éditeur de l’Indian Military Review et un conférencier motivateur. Il est un partisan de longue date du Tibet et s’est toujours opposé à l’annexion et à l’occupation illégales du Tibet par la Chine.

 » India has a border with Tibet and not with China  » sait Major General GD Bakshi


14 Novembre 2021

« Paix, liberté… » : le Dalaï Lama explique pourquoi il ne veut jamais quitter l’Inde, tout en critiquant les dirigeants chinois qui « ne comprennent pas la variété des différentes cultures »

Dialogue avec le Dalaï Lama uniquement sur son avenir, pas sur le Tibet : Chine

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que le 14e Dalaï Lama devrait cesser les activités visant à diviser la Chine et cesser de comploter et d’inciter à la violence.

La Chine a déclaré qu'elle était prête à dialoguer avec le chef spirituel tibétain, le Dalaï Lama, mais qu'il ne s'agirait que de son avenir et non du Tibet. (REUTERS)

La Chine a déclaré qu’elle était prête à dialoguer avec le chef spirituel tibétain, le Dalaï Lama, mais qu’il ne s’agirait que de son avenir et non du Tibet. (REUTERS)

La Chine a déclaré mercredi qu’elle était prête à dialoguer avec le chef spirituel tibétain, le Dalaï Lama, mais qu’il ne s’agirait que de son avenir et non du Tibet.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que le 14e Dalaï Lama devrait cesser les activités visant à diviser la Chine et cesser de comploter et d’inciter à la violence.

Le ministère répondait à une question sur le Dalaï Lama déclarant à un forum en ligne qu’il n’avait pas de plan particulier pour rencontrer le président Xi Jinping et si Pékin était disposé à reprendre le dialogue avec le gouvernement tibétain en exil.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a qualifié le gouvernement en exil de « groupe politique totalement séparatiste ».

« Le soi-disant gouvernement tibétain en exil est un groupe politique totalement séparatiste. C’est contre la constitution et les lois de la Chine, c’est une organisation illégale. Aucun pays au monde ne le reconnaît », a déclaré Wang mercredi.

« Le gouvernement central en Chine, sur l’engagement et la discussion des problèmes avec le 14e Dalaï Lama, la position est cohérente et claire. La porte du dialogue et de l’engagement est ouverte », a-t-il déclaré, avant de préciser : « Je voudrais souligner que la seule question qui peut être discutée est l’avenir du Dalaï Lama lui-même, ne rien faire avec le Tibet ».

« Ce que le Dalaï Lama devrait faire, c’est arrêter les activités sécessionnistes et prendre des mesures concrètes pour gagner la confiance du gouvernement central et du peuple chinois », a ajouté Wang.

S’exprimant lors d’un forum en ligne organisé à Tokyo, le Dalaï Lama, 86 ans, a critiqué mercredi les dirigeants chinois en disant qu’ils « ne comprennent pas la variété des différentes cultures » là-bas et qu’il y a trop de contrôle par le principal groupe ethnique Han.

Un rapport de Reuters de Tokyo l’a cité comme disant qu’il n’avait rien contre les « frères et sœurs chinois » en tant que frères humains et qu’il soutenait largement les idées derrière le communisme et le marxisme.

« Bien que le dalaï-lama ait déclaré qu’il n’avait pas l’intention de rencontrer le dirigeant chinois, Xi Jinping, il a dit qu’il aimerait visiter à nouveau pour voir de vieux amis depuis » je vieillis « – mais éviterait Taïwan car les relations entre lui et la Chine sont ‘ assez délicat », a déclaré le rapport de Reuters.

« Je préfère rester ici en Inde, paisiblement », a-t-il déclaré.

La mention de Wang sur l’avenir du Dalaï Lama s’inscrit dans le contexte de la question de sa succession.

En mai, la Chine a annoncé qu’elle choisirait le successeur du Dalaï Lama en « tirant au sort de l’urne d’or » avec le candidat sous réserve de l’approbation du gouvernement central dirigé par le Parti communiste chinois (PCC).

Citant des précédents historiques, un document de politique gouvernementale sur le Tibet a déclaré que la réincarnation du Dalaï Lama et d’autres grands bouddhas vivants a été soumise à l’approbation du gouvernement central depuis une ordonnance adoptée pendant la dynastie Qing (1644-1911).

Le Dalaï Lama a fui vers l’Inde en 1959 via le nord-est de l’Inde à la suite d’une répression chinoise contre un soulèvement de la population locale au Tibet.

Le dirigeant tibétain a obtenu l’asile politique en Inde et le gouvernement tibétain en exil est depuis basé à Dharamshala dans l’Himachal Pradesh.


14 Novembre 2021

Dalaï Lama : les dirigeants chinois « ne comprennent pas la diversité des cultures »

TOKYO (Reuters) – Le chef spirituel du Tibet, le Dalaï Lama, a critiqué mercredi les dirigeants chinois, affirmant qu’ils « ne comprennent pas la diversité des différentes cultures » là-bas et que le principal groupe ethnique Han est trop contrôlé.

Mais il a également déclaré qu’il n’avait rien contre les « frères et sœurs chinois » en tant qu’êtres humains et qu’il soutenait largement les idées derrière le communisme et le marxisme.

Le dalaï-lama de 86 ans, participant à une conférence de presse en ligne à Tokyo, répondait à une question de savoir si la communauté internationale devrait envisager un boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin en raison de la répression des minorités, y compris celles de la région occidentale du Xinjiang. . .

« Je connais les dirigeants du Parti communiste depuis Mao Zedong. Leurs idées sont bonnes. Mais parfois, ils exercent un contrôle très strict », a-t-il déclaré depuis sa base en Inde, ajoutant qu’il pensait que les choses changeraient en Chine avec une nouvelle génération. de dirigeants. .

« En ce qui concerne le Tibet et le Xinjiang également, nous avons notre propre culture unique, donc plus les dirigeants communistes chinois sont paroissiaux, moins ils comprennent la diversité des différentes cultures. »

Notant que la Chine n’est pas seulement composée d’ethnies Han mais aussi de divers autres groupes, il a ajouté : « En fait, il y a une très grande domination du peuple Han.

La Chine a pris le contrôle du Tibet après l’entrée de ses forces dans la région en 1950 dans ce qu’elle appelle une « libération pacifique ». Le Tibet est depuis devenu l’une des régions les plus restreintes et les plus sensibles du pays.

READ  Les États-Unis se disent confiants dans la capacité de Taiwan à contrôler le COVID, lors de discussions sur les vaccins

Pékin considère le Dalaï Lama, qui s’est enfui en Inde en 1959 après l’échec d’un soulèvement contre la domination chinoise, comme un dangereux « dissident » ou séparatiste. Il a travaillé pendant des décennies pour attirer un soutien mondial en faveur de l’indépendance linguistique et culturelle dans son pays montagneux reculé.

 
Le chef spirituel tibétain, le Dalaï Lama, assiste à une conférence de presse à Malmö, en Suède, le 12 septembre 2018. TT News Agency / Johan Nilsson via REUTERS

En réponse à une question du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin lors d’une conférence de presse régulière mercredi sur les relations avec le Dalaï Lama, il a évoqué « un groupe politique séparatiste qui est hors de contrôle ».

« tres précis »

Le Dalaï Lama a déclaré qu’il soutenait largement les idées du communisme et du marxisme, riant alors qu’il racontait une anecdote sur la façon dont il avait autrefois pensé rejoindre le Parti communiste, mais qu’il avait été persuadé par l’un de ses amis de le faire.

Interrogé sur Taïwan, l’épicentre de la tension militaire croissante dans la région, il a déclaré qu’il pensait que l’île était le véritable dépositaire de la culture et des traditions chinoises anciennes, car elle était désormais « hautement politisée » sur le continent.

« Économiquement, Taïwan reçoit beaucoup d’aide de la Chine continentale », a-t-il déclaré. « Et la culture et la culture chinoises, y compris le bouddhisme, je crois que les frères et sœurs chinois du continent peuvent apprendre beaucoup des frères et sœurs taïwanais. »

Bien que le Dalaï Lama ait déclaré qu’il n’avait pas l’intention de rencontrer le dirigeant chinois, Xi Jinping, il a dit qu’il aimerait revenir pour voir de vieux amis parce que j’ai « grandi » – mais qu’il évitera Taïwan parce que les relations entre lui et la Chine sont « calmes ». sensible ».

READ  Une explosion meurtrière dans la capitale ougandaise « semble être un acte de terrorisme » – Président

« Je préfère rester ici en Inde en paix », a-t-il déclaré, l’éloignant comme un centre d’harmonie religieuse – malgré les plaintes des musulmans ces dernières années.

En fin de compte, cependant, il a déclaré qu’il croyait que toutes les religions portaient le même message.

« Toutes les religions véhiculent un message d’amour et utilisent une philosophie de points de vue différente. Ainsi, le problème maintenant (est) les politiciens, et dans certains cas certains économistes… ils utilisent cette différence de religion. Maintenant, la religion est aussi politisée – et c’est un problème. »

(Reportage par Elaine Lies et Anthony Slodkowski) Montage par Christian Schmolinger, Robert Persell

 

 
APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 60 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
 
 
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.





PHAYUL.COM

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 436619 visiteurs (1091219 hits)