Pau Tibet
Rubriques  
  Infos
  Décembre 2020
  Janvier 2021
  Année 2018
  Année 2017
  Année 2016
  Année 2015
  Année 2014
  Année 2013
  Année 2012
  Année 2011
  Année 2010
  Année 2009.
  Historique de l'APACT.
  Hommage à Phurbu
  Rencontre de Denise Campet Puntsok Drolma avec S.S. Dalaï Lama.
  Mainpat 2007
  Mainpat 2009
  Mainpat: travaux et projets.
  Mainpat 2011
  Mainpat 2013
  Mainpat 2014
  Mainpat 2015
  Mainpat 2016
  Mainpat 2018
  Bodnath le 10 Mars 2009.
  Pokhara 2009
  Dharamsala 2009
  Salle de classe du monastère de Pawo Rinpoché au Népal.
  Université de Bengalore
  Les écoles en Inde, Népal et Bouthan
  Gandhi School Mainpat Mai 2012
  Parrains et Filleuls.
  Témoignages des filleuls
  Parrainage.
  A.G. de l'APACT 16 Mai 2009.
  A.G de l'APACT 8 Mai 2010
  A.G de l'Apact le 14 Mai 2011
  A.G de l'Apact le 12 Mai 2012
  A.G de l'Apact le 20 Avril 2013
  A.G de l'Apact le 13 Avril 2014
  AG de l'Apact le 10 Avril 2015
  A.G de l'Apact le 2 Avril 2016
  AG de l'Apact le 22 Avril 2017
  Fête annuelle de l'APACT.
  Fête annuelle de l'APACT 2010.
  Fête annuelle de l'APACT 2011
  Fête annuelle de l'Apact 2012
  Fête annuelle de l'APACT 2013
  Fête annuelle de l'APACT 2014
  Fête annuelle de l'APACT 2015
  Fête annuelle de l'APACT 2016
  Fête annuelle de l'APACT 2017
  Fête annuelle de l'APACT 2018
  Fête annuelle de l'APACT 2019
  Fête annuelle de l'APACT 2020
  Béru Khyentsé Rinpoché à Pau.
  Actualité PAU.
  Exposition peintures Tashi Norbu
  Méssage de SS Dalaï Lama au peuple Tibétain.
  Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
  Discours de Mr Badinter le 14 Mars 2015
  Prisonniers Tibétains
  Seisme du Népal 2015
  Galerie
  Partenaires.
  Exposition du 18 au 25 Février 2017
  10 Mars 2017 à Pau
  Manifestations Décembre 2019
  Mainpat Novembre 2019
  Mainpat 2020
  Projet Ulule
  Alexandra David Neel (Campoy-Blanchot)
  Cinq Couleurs
  Nouvelles de Mainpat
  Différentes infos
  Voyage des parrains à Mainpat 2020
Janvier 2021
27 Janvier 2021

LHASSA / TIBET : DES HÉLICOPTÈRES MILITAIRES CHINOIS REPÉRÉS AU-DESSUS DU POTALA SUITE À UNE NOUVELLE LOI AMÉRICAINE

Les hélicoptères survolant Lhassa, Tibet

Les hélicoptères ont été repérés quelques jours après que le Congrès américain a adopté la loi tibétaine sur la politique et le soutien de 2020. 

Le 5 janvier 2021, une douzaine d’hélicoptères militaires chinois ont été aperçus en train de survoler le palais tibétain historique du Potala à Lhassa au Tibet central. L’exercice aérien est intervenu peu de temps après que le Congrès américain a adopté la loi tibétaine sur la politique et le soutien le 21 décembre 2020 . La loi américaine donne un énorme coup de pouce à la cause tibétaine en réaffirmant le soutien des États-Unis au droit des Tibétains de choisir le successeur du 14e Dalaï Lama, quelque chose sur lequel le Parti communiste chinois a cherché à contrôler .

L’exercice aérien a été mené par l’Armée populaire de libération, selon Tibet Watch, partenaire de recherche de Free Tibet. L’exercice visait à empêcher toute manifestation au Tibet en faveur de la nouvelle loi américaine et a fait craindre que la Chine puisse ordonner une nouvelle répression au Tibet s’il y avait un signe de troubles à Lhassa.

Un habitant tibétain de Lhassa a déclaré:

«Nous sommes nombreux à les avoir vus (choppers) mais nous n’osons pas en discuter. Le temps (langage codé pour l’atmosphère politique) n’est pas bon ici ces jours-ci. 

Cette décision militaire a également été considérée comme un avertissement adressé au gouvernement indien à la suite de problèmes frontaliers persistants entre l’Inde et la Chine . En fait, en septembre 2020, la Chine a mené un test d’alarme de défense aérienne à Lhassa au milieu de cette tension frontalière. Pris entre les deux géants asiatiques, le Tibet est en proie à une militarisation plus intense .



27 Janvier 2021

KARDZE (TIBET) : Torturé à mort, TENZIN NYIMA, jeune moine de 19 ans meurt après un long coma dans le poste de police

Tenzin Nyima

Des proches et des villageois locaux ont collecté des fonds pour tenter de maintenir Tenzin Nyima en vie après que les violences policières l’ont laissé dans le coma

Tibet libre a appris que Tenzin Nyima, un moine de 19 ans arrêté en 2019, est décédé des suites de ses blessures en prison. L’information a été transmise par un réseau confidentiel de contacts à Tibet Watch, le partenaire de recherche de Free Tibet.

Tenzin Nyima (également connu sous le nom de Tamey) était un moine du monastère de Dza Wonpo dans le canton de Wonpo à Kardze, comté de Sershul. La région est située à l’est du Tibet, dans la région tibétaine du Kham, mais régie dans le cadre de la province du Sichuan.

Le 7 novembre 2019, Tenzin Nyima a été arrêté avec quatre jeunes moines tibétains du village de Dza Wonpo. Le groupe organisait une manifestation pacifique devant le poste de police local au cours de laquelle il a lancé des tracts en l’air, appelant à l’indépendance du Tibet.

La police patrouille dans le village de Dza Wonpo en janvier 2020 à la suite des manifestations de 2019

Après le déploiement de troupes militaires dans la région à la suite de leur manifestation, deux autres Tibétains ont été arrêtés le 21 novembre 2019 pour avoir organisé une manifestation similaire. Avant leur protestation, ce deuxième groupe a exprimé sa solidarité inébranlable avec les personnes détenues le 7 novembre, déclarant dans un article sur les réseaux sociaux que «l’esprit et la dignité du peuple tibétain sont dans notre sang et ne peuvent jamais s’éteindre».

Tenzin Nyima a été libéré en mai 2020 mais arrêté à nouveau le 11 août 2020 pour avoir partagé la nouvelle de son arrestation et contacté des Tibétains en exil en Inde.

La prochaine nouvelle de Tenzin Nyima est arrivée en octobre 2020, lorsque sa famille a été contactée par la police, qui les a informés que sa santé s’était détériorée et qu’il était maintenant dans un état comateux. Sa famille l’a emmené dans un hôpital voisin de la ville de Chengdu, où son admission a été retardée en raison de l’incapacité de la famille à payer les frais médicaux coûteux, qui s’élevaient à 40000 yuans (soit plus de 4500 livres britanniques, 5000 euros ou 6000 dollars américains).

Soutien communautaire

Après que ses proches et les villageois locaux aient recueilli des fonds pour ses frais médicaux, Tenzin Nyima a été admis à l’hôpital pour être libéré plusieurs semaines plus tard parce que ses blessures avaient été déclarées au-delà du traitement. La famille, espérant toujours le maintenir en vie, a demandé des soins pour Tenzin Nyima dans un autre hôpital local de Dartsedo le 1er décembre. Cependant, ses proches ont été informés que son état était en phase terminale. Les proches l’ont enfin ramené à la maison et des sources en Inde ont déclaré à Tibet Watch que Tenzin Nyima était décédé le 19 janvier.
En dépit de son état comateux, Tenzin Nyima a été convoqué le 6 novembre devant le tribunal populaire intermédiaire de Sershul dans l’après-midi du 10 novembre pour faire face à des accusations d ‘«incitation au séparatisme», un crime contre la sécurité de l’État.
En novembre et décembre 2020, les autres manifestants de Dza Wonpo ont été jugés à huis clos par le tribunal populaire intermédiaire de Sershul. Kunsal, 20 ans, Choegyal et Yonten ont été condamnés chacun à quatre ans après avoir été reconnus coupables d’incitation au séparatisme. Sotra a été condamné à trois ans de prison et Tsultrim, un mineur de 16 ans, qui avait 15 ans au moment de la manifestation, a été condamné à un an de prison, tous deux pour les mêmes chefs d’incitation au séparatisme. Un autre moine tibétain, Nyimay, qui a divulgué les informations sur les sites de réseaux sociaux et a été arrêté le 18 novembre 2019, a également été reconnu coupable d’incitation au séparatisme et a reçu la plus longue peine – cinq ans de prison.

Une image sur les réseaux sociaux des manifestants arrêtés à Dza Wonpo en 2019

Défendre un mode de vie
Selon la source de Tibet Watch, les protestations de Tenzin Nyima et de ses confrères moines étaient une réponse aux responsables chinois en tournée dans la région, pour laquelle les Tibétains locaux ont été forcés de louer la Chine et la politique de «réduction de la pauvreté» du Parti communiste chinois, qui a vu des centaines de milliers de nomades tibétains déplacés de force et forcés de vendre ou d’abattre le bétail dont ils dépendent. Cet article de propagande devait être filmé et partagé par les organes d’information de l’État chinois comme un moyen de démontrer que les nomades tibétains réinstallés sous l’occupation chinoise sont heureux.
En plus de la réinstallation des nomades tibétains, Tibet Watch a noté que les Tibétains de la région ont reçu l’ordre de mettre le portrait des dirigeants chinois dans leurs sanctuaires où traditionnellement les tibétains gardent la statue de Bouddha ainsi que des images du Dalaï Lama et d’autres chefs religieux. Des preuves de telles photos sont visibles dans de nombreux médias de propagande d’État chinois.
Cet ordre, et le processus de réinstallation forcée des nomades, ont provoqué le ressentiment des Tibétains de la région et ont contraint les habitants à faire des choix difficiles entre se conformer à contrecœur aux ordres ou refuser de se conformer au risque de subir des représailles.

Un avis de novembre 2020, convoquant Tenzin Nyima au tribunal, malgré son état comateux.


22 Janvier 2021

L’incroyable histoire du premier Tibétain devenu espagnol…

L’incroyable histoire du premier tibétain espagnol (II)

Thubten Wangchen. Maison du Tibet à Barcelone
Thubten Wangchen. / Maison Tíbet de Barcelone

C’est la deuxième partie de l’histoire de Thubten Wangchen, moine tibétain, fondateur de la Maison du Tibet à Barcelone et député en exil du Parlement du Tibet en exil. La première partie peut être lue sur ce lien

Le Dalaï Lama m’avait dit d’apprendre tout ce que je pouvais sur la culture et la langue de l’Espagne. « N’essayez pas de convertir qui que ce soit au bouddhisme, chacun a sa religion, son respect », m’a-t-il dit.  « Si quelqu’un est intéressé, expliquez la théorie et la pratique, mais respectez les autres religions.» « Ne faites pas de dégâts en Espagne», m’a-t-il même dit.

Je me suis fait de nombreux amis en Espagne. Je voyageais à Ibiza, Majorque, Minorque, Alicante, Madrid, Bilbao, Barcelone … Nous avons suivi des cours de méditation, nous avons expliqué ce qu’est le bouddhisme, la méditation, les mantras … Nous sommes allés là où les gens nous appelaient.

Les trois années se sont écoulées très rapidement, alors j’ai demandé une de plus au Dalaï Lama. Il m’a reçu à Dharamsala et je lui ai demandé si je devais retourner au monastère en Inde ou aller dans un autre pays. « En Suisse et en Amérique, il y a déjà beaucoup de Tibétains, ne retournez pas en Inde », a-t-il répondu. «Maintenant, vous n’avez plus de problèmes de papier en Espagne, restez-y. Vous serez le premier Tibétain à vivre en Espagne. Enseignez aux gens à travers la culture tibétaine, mais pas en tant que bouddhiste, ce n’est pas nécessaire, car vous êtes un touriste dans un pays catholique », a-t-il poursuivi. « Faites connaître votre culture, parlez de la solidarité de l’être humain, enseignez la langue tibétaine, l’art et la méditation, et pas tant le bouddhisme. »

C’est ainsi que je suis revenu avec l’intention de créer un centre de diffusion de la culture tibétaine, mais j’ai vite compris que ce ne serait pas une entreprise facile. Il n’ y avait ni argent ni soutien des gouvernements espagnol ou catalan. Tout le monde parlait bien du Tibet mais personne ne voulait dépenser de l’argent ou faire un don. Un centre culturel ne bouge rien s’il n’a pas de lieu pour exercer ses activités, alors, après plusieurs années, j’ai décidé de retourner en Inde, car rien ne venait d’ici. J’avais l’impression de perdre mon temps, alors je suis retourné et j’ai commencé à diriger un projet qui consistait à filmer tous les lamas et leurs enseignements, mais après deux ans, le Dalaï Lama m’a appelé et m’a dit que le travail d’enregistrement était correct. mais c’était très simple pour moi. Apprendre aux jeunes moines à enregistrer et à retourner en Espagne, à Barcelone, à essayer à nouveau de fonder le centre culturel.

Je suis revenu en Espagne, mais cette fois, quelque chose de différent s’est produit: je me suis fait un ami allemand qui avait beaucoup d’argent. Lorsqu’il a appris que le Dalaï Lama voulait que j’ouvre un centre culturel en Espagne, il a décidé de m’aider financièrement, alors il a acheté le plancher actuel du siège et m’en a fait don. C’était en 1994, l’année où le Dalaï Lama est venu en Espagne pour l’inaugurer. Plus tard, Penelope Cruz est venue aussi, même si à cette époque elle n’était pas aussi célèbre qu’elle l’est maintenant.

J’ai également été le premier Tibétain à obtenir les papiers. Il y a 30 ans, c’était assez facile de les avoir, tout comme la résidence ou les rénovations … Ou du moins c’était très facile pour moi. Je ne voulais pas obtenir de passeport espagnol, même si j’avais des amis policiers de Barcelone qui sont venus insister pour que je le fasse. À la fin, ils ont rempli les papiers eux-mêmes et tout. Je ne suis allé que dans un bureau où le commissaire, en présence d’un petit jury, m’a posé les questions typiques :  » voulais-je être espagnol, respecter les lois, allais- je renoncer à ma nationalité antérieure … j’ai dit oui, c’était très facile. Maintenant, c’est plus difficile malgré le fait qu’il y a de plus en plus d’immigration et de réfugiés.

20 ans se sont écoulés, 20 ans que nous célébrerons en décembre, et j’ai déjà envoyé l’invitation au Dalaï Lama à venir. Il m’a toujours dit oui, mais maintenant je négocie avec sa secrétaire. Le dommage est que, maintenant, en raison de la pression du gouvernement chinois sur les Espagnols, ils ont réformé les lois et même  la presse n’ose plus parler du Tibet. Il est toujours important de se rappeler que le Parlement tibétain est en exil , et c’est pourquoi je me déplace ici et là pour faire connaître mon pays et sensibiliser, car on ne sait pas grand-chose de nous.


9 Janvier 2021

DHARAMSHALA : Elections préliminaires pour le Sikyong 2021 et les membres du 17ème Parlement tibétain

La Communauté tibétaine en exil est venue en masse pour voter pour son prochain Sikyong et les membres du 17ème Parlement tibétain lors des élections préliminaires de 2021 qui se sont tenues ce 4 janvier.

Dans tout Dharamshala, capitale de la diaspora tibétaine, 14 bureaux de vote au total ont été installés conformément aux directives Covid.

Malgré les défis de la pandémie de coronavirus qui ont sévi, le tour préliminaire des élections générales de 2021 a reflété un niveau de participation extraordinaire, notamment parmi la jeune génération de Tibétains.

Peu de temps après le début du scrutin dans les Communautés tibétaines du monde entier, les selfies des électeurs avec leurs doigts encrés et des messages encourageant les électeurs éligibles à exercer leur droit ont submergé les plateformes de médias sociaux.

Cette élection générale de 2021 pour le Sikyong du 16 ème  Kashag et les membres du 17 ème  Parlement tibétain est la troisième élection directe des dirigeants tibétains depuis la dévolution complète de l’autorité politique par Sa Sainteté le Dalaï Lama en 2011.

«La démocratie tibétaine en exil reflète les véritables aspirations de nos frères et sœurs à l’intérieur du Tibet», a déclaré le Sikyong Dr Lobsang Sangay.

«Par cela, nous envoyons un message clair à Pékin que le Tibet est sous occupation mais que les Tibétains en exil sont libres. Et si nous avons une chance, une opportunité, nous préférons la démocratie « .

Malgré les difficultés rencontrées par la Communauté tibétaine en exil, y compris une population de plus en plus dispersée, les Tibétains, sous la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama et de l’Administration Centrale Tibétaine, ont élaboré avec succès au cours des six dernières décennies une démocratie pleinement fonctionnelle, saluée par beaucoup comme un parangon de vertu pour les communautés en exil.

Dans ce qui pourrait être considéré comme une trajectoire extraordinaire de cette jeune démocratie tibétaine en exil, des dizaines de milliers de Tibétains du monde entier ont tenu à exercer leur droit de vote pour élire leurs futurs dirigeants politiques. La démocratie en vigueur est véritablement un  témoignage de la vision et de la clairvoyance de Sa Sainteté le Dalaï Lama qui s’est progressivement distancié du rôle politique, tout en gérant la Communauté tibétaine exilée dans une démocratie épanouie.

Traduction France-Tibet

Communauté tibétaine en Allemagne votant pour 2021 Sikyong et membres du 17ème Parlement tibétain en exil.
Photo / Bureau du Tibet Genève

illustration : Les chefs des trois piliers de la démocratie tibétaine votent lors des élections législatives de 2021 à Sikyong et de la 17e élection parlementaire tibétaine à Gangchen Kyisong, Dharamshala, le 3 janvier 2021. Photo / Tenzin Jigme / CTA


8 Janvier 2021


In Chhattisgarh, Tibetan carpet art helps tribals weave a new life

Carpets with motifs of dragon, phoenix, flowers and other traditional Tibetan symbology in bright colours are now being made by tribals in Chhattisgarh and sold across the country.

Written by Gargi Verma | Raipur | Updated: December 29, 2020 2:11:23 pm

A tribal woman works at the production centre in Mainpat.

Chintamani Bhagat’s eyes are focused on the movements of her hands as she weaves a carpet at Chhattisgarh’s Darima, with motifs of phoenix and dragon, her favourite. “Dragons are magical, they are also symbolic of endless prosperity. When I learnt about them from the Tibbati aunty, I would imagine that every dragon I made was a little bit of magic I could create,” she said.

Carpets with motifs of dragon, phoenix, flowers and other traditional Tibetan symbology in bright colours are now being made by tribals in Chhattisgarh and sold across the country.

In Chhattisgarh’s Sarguja district, Mainpat village, about 365 km from state capital Raipur and 52 km from the district headquarters, has earned the epithet of mini-Tibet. In 1959, when Tibetan refugees started migrating to India, over 3,000 refugees were settled around the village and involved in roadmaking in nearby Sitapur.

The Tibetans brought the art of hand weaving carpets with them, along with potato and taho farming, according to local residents. Then a part of Madhya Pradesh, the area saw a confluence of cultures as tribals in the area started learning the techniques from the Tibetans. “It is a labour-intensive work as everything is done by hand. After the government opened training centers in 1995, we were taught by the old Tibetan women, who would then employ us,” said Bhagat (40). She added, “The younger generation of Tibetans was more focused on getting educated and migrated to metro cities or abroad. So we were hired to provide manual labour that is traditionally done by family members.”

After Chhattisgarh was formed, the training centres were neglected and tribals who had learnt carpet weaving started migrating to Bhadohi and Mirzapur in Uttar Pradesh. Those who didn’t migrate, like Bhagat, started working elsewhere. “There was no work, so I started tailoring. The dragons, however, stayed with me. I would try to embroider them on clothes,” she said.

Dil Prasad Soni (45), one of the weavers, had been working in Uttar Pradesh for more than 10 years, when he learnt in 2019 that the weaving centres in Mainpat are going to be functional again and returned. “Who wants to stay away from family?” he said, adding, “I make more than Rs 15,000 per month, staying with my family.”

Soni believes he got lucky, as he saw several of his friends return in a bad condition during the pandemic. “So many people didn’t get paid and had to cycle or hitchhike back home. Now only those who have been cut off from home are there, everyone else who had migrated is back,” he said.

The state Gramodyog department is currently running a production centre in Mainpat and two training centres in Darima and Raghunathpur, both located about 20 km from Sarguja district headquarters, giving employment to 60-odd people. Bhagat, the master craftsperson at Darima, has seen a growth in the number of people interested to learn or refresh their knowledge. “Several people had to come back and were looking for employment, including weavers. Depending on their knowledge, we would train them. Currently, it is a three-month course,” she said.

The department sells the carpets through handloom stores across Chhattisgarh, and through e-commerce portals.

Chhattisgarh Handicraft Board general manager Shankar Lal Dhurvey said, “This art form had got rare, with most artisans migrating outside. However, now that we are focusing on it, our tribal artisans are coming back. As of now, 6 looms are functional, but we are looking at increasing the number to 25.”

Another board member said the market response to cotton-based-woolen carpets has been exceptional. “Our tribals have their own art forms but carpet weaving was learnt from the Tibetans. It is keeping both the cultures alive,” he said.

For 26-year old Shanti Bhagat, a widow enrolled in one of the training centres, the carpets are a way to live independently. “It is like sketching on a vertical frame, but with woolen yarn instead of pencil,” she said, while making red and blue clouds against a black background.

https://indianexpress.com

APACT  
 


Association Humanitaire exclusivement composée de bénévoles qui vient en aide aux réfugiés tibétains qui mènent la vie de l'exil et du dénuement dans les camps installés depuis 60 ans en INDE et au NEPAL.












 
Apact sur Facebook  
   
Site Internet.  
 
Association Paloise pour l'Art et la culture du Tibet archives 1986-2008


APACT sur Facebook




http://perso.numericable.fr/apact


Galerie de photos


"Mainpat 2011" le film


"Mainpat 2013"




PARRAINAGES DE COMMUNES EUROPEENNES AVEC DES COMMUNES TIBETAINES


Hommage à Phurbu Dolma




Beru Khyentse Rinpoche à Pau Aout 2013




Prisonniers Tibétains


Discours de Monsieur Robert BADINTER, Ancien Ministre de la Justice Lors du RASSEMBLEMENT EUROPEEN POUR LE TIBET à PARIS le 14 mars 2015.





PHAYUL.COM

 
Siège Social.  
 

 
Adresse postale.  
 

---------- Contact ----------
info@apactpau.fr
apactpau@yahoo.fr
apactpau@free.fr
apact64@yahoo.fr - webmaster
 
visiteurs  
   
Visiteurs. 400809 visiteurs (992505 hits)